Art, culture et projet de société ?

Art, culture et projet de société ?

 

Notre époque, notre nation, notre planète, notre « civilisation » sont traversées par des bouleversements économiques et géopolitiques qui démontrent que nous sommes confrontés à des mutations qui sont essentiellement culturelles .

- Qu’il s’agisse de notre relation au travail et à la solidarité nationale, européenne ou planétaire,

- Qu’il s’agisse  des enjeux écologiques et de développement durable,

- Des questions relatives à la croissance ou à la  décroissance,

- Des enjeux d’une « identité nationale » collective et partagée,

- Qu’il s’agisse encore des nouvelles migrations économiques ou humanitaires,

-Des questions de laïcité, d’éducation et de bien d’autres encore, il y a là matière à intervenir « ici et maintenant » de façon pragmatique et  crédible, mais il y a là  aussi nécessité à engager une réflexion culturelle transversale et d’envergure qui puisse accompagner et porter notre devenir face à ces questionnements.

Et la culture donc, est transversale, de fait, aux soucis de nos concitoyens.

Suite du texte ...
La culture, c'est-à-dire la capacité d’un individu, d’un peuple et d’une communauté d’êtres humains à porter une réflexion éclairée sur les valeurs et orientations qui peuvent (ou non) soutenir sa marche dans le siècle.

La culture, cette capacité partagée de créer de nouvelles formes de vivre ensemble et d’accès aux informations et connaissances qui peuvent en alimenter la pertinence.

La culture, c’est aussi la capacité pour chaque citoyen d’être porteur de sa propre expression.

Et enfin, la culture, c’est aussi la place rendue à l’art, aux artistes et aux œuvres d’être parmi les activateurs indispensables de cette ambition.

D’une manière ou d’une autre, il est probable que ce qui agite notre monde va modifier très sensiblement la manière de vivre de nos enfants et petits enfants.

Si l’on souhaite qu’aujourd’hui nous puissions individuellement et collectivement appréhender ces bouleversements de façon responsable et démocratique, la dimension culturelle en est probablement l’une des clés et un véritable outil d’espérance.

Face à la déshérence communément observée vis-à-vis de la politique, face à la non espérance évoquée des français, face la banalisation convenue qui est faite entre les différents projets politiques en France  et qui font croire que tout se vaut, ne faut-il pas placer la culture (et donc l’art) au centre du débat?

Il me semble qu’indiciblement, c’est là, aussi, une des attentes non formulées de nos concitoyens.

S’il ne s’agit plus de promettre de « changer la vie » de façon révolutionnaire, il devrait être possible néanmoins de proposer de « Penser ensemble la vie autrement ». Et enfin, la culture, c’est aussi la place rendue à l’art, aux artistes et aux œuvres d’être parmi les activateurs indispensables de cette ambition.

D’une manière ou d’une autre, il est probable que ce qui agite notre monde va modifier très sensiblement la manière de vivre de nos enfants et petits enfants.

Si l’on souhaite qu’aujourd’hui nous puissions individuellement et collectivement appréhender ces bouleversements de façon responsable et démocratique, la dimension culturelle en est probablement l’une des clés et un véritable outil d’espérance.

Face à la déshérence communément observée vis-à-vis de la politique, face à la non espérance évoquée des français, face la banalisation convenue qui est faite entre les différents projets politiques en France  et qui font croire que tout se vaut, ne faut-il pas placer la culture (et donc l’art) au centre du débat?

Il me semble qu’indiciblement, c’est là, aussi, une des attentes non formulées de nos concitoyens.

S’il ne s’agit plus de promettre de « changer la vie » de façon révolutionnaire, il devrait être possible néanmoins de proposer de « Penser ensemble la vie autrement ».

(c) Alain Livache. 2011 - 2015

Revenir aux textes de référence